Pixels Pirates

Si tu as la soif de l'or, tu passeras par dessus bord !


    Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Partagez
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Dim 8 Fév - 10:55

    Je n'écris pas là un article fait par mes soins, je traduis de l'anglais un article trouvé dans la revue Retrogamer.


    La naissance d'une légende

    L'Amiga doit son existence à Jay Miner. Il a travaillé pour Atari à la fin des années 70, développant notamment la VCS 2600 et les ordinateurs 400 et 800. Il voulait créer un nouveau système axé sur le jeu, basé sur le 68000 de chez Motorola, mais Atari était trop occupé à compter les dollars qui pleuvaient grâce au travail de Jay, aussi n'étaient-ils pas intéressés par son idée.
    Fatigué du manque de vision à long terme de la firme, Miner quitta Atari en 1980 et vint à travailler pour un fabricant de pacemakers...



    En 1982, Miner eut une conversation téléphonique avec un ancien cadre de chez Atari, Larry Kaplan. Kaplan avait quitté son travail chez Atari pour devenir l'un des membres fondateurs d'Activision, mais il voulait fonder une nouvelle compagnie de jeu vidéo et cherchait des fonds pour cela. Miner suggéra à Kaplan de contacter trois amis dentistes qui cherchaient à investir 7 millions de dollars dans une bonne idée. Kaplan créa une compagnie appelée Hi-Toro basée à Santa Clara. Miner commença à travailler "au noir" pour cette nouvelle entreprise.

    Hi-Toro embaucha Dave Morse qui avait été précédemment Vice Président du Marketing chez Tonka Toys. Kaplan lui endossa le rôle de Vice Président de la compagnie avant de le céder à Miner qui avait quitté son travail pour l'entreprise de pacemakers. Celui-ci insuffla un nouveau souffle à Hi-Toro.

    Avant tout, Hi-Toro changea de nom, de peur d'être confondu avec Toro, un fabricant japonais de tondeuzes à gazon. Le nouveau nom choisi fut Amiga, mot espagnol pour désigner une amie. Ce mot avait été choisi pour son côté amical et chaleureux, et accessoirement, il avait l'avantage de venir avant Apple et Atari dans une liste alphabétique.


    Lorraine

    Dans un premier temps, tout en développant son projet phare, Amiga produit des périphériques compatibles avec les consoles du moment. Le plus célèbre d'entre eux fut le Powerstick, un joystick pour Atari 2600 et Colecovision, et celui qui aura le moins marché fut le Joyboard, un phériphérique sur lequel on prenait pied.
    Pourtant, malgré les apparences, l'objectif est bien de produire une console de jeu. Oui, oui, une console de jeu et non un micro ordinateur. Miner a toujours voulu développer un micro ordinateur, mais les financiers d'Amiga voulaient uniquement du jeu vidéo. Comme Miner expliquait plus tard : "Atari a fait de moi ce que je suis et c'était ma grand chance, vendre une machine légère, une version à moindre coût du jeu vidéo. Dave Morse et les financiers étaient heureux. Et tant que les possibilités d'extension jusqu'à en faire un super ordinateur personnel étaient possibles, j'étais heureux aussi." Miner inclut donc tranquillement une interface clavier et prévoit même des facilités pour étendre la mémoire.
    La machine fut appelée Lorraine (du nom de la femme de Miner). Le développement de Lorraine eut lieu pendant l'année 1983, année au cours de laquelle ce projet prit de plus en plus d'importance au sein d'Amiga.
    1983 est l'année du krash du jeu vidéo et cela a eu pour conséquence de faire rapidement perdre de l'argent à la branche d'Amiga s'occupant des périphériques. C'est à ce moment là que que l'administration d'Amiga décida que Lorraine pourrait finalement être un ordinateur personnel, plus qu'une console de jeu. Miner avait donc bien fait de décider de rajouter l'interface clavier et les options d'extension.
    Afin de s'assurer que Lorraine pourrait sortir aussi tôt que possible, Amiga embaucha une nouvelle équipe. Parmi eux, Dale Luck et RJ Mical qui travaillèrent sur l'OS de la machine.

    Courtisé par Atari

    Au début de l'année 1984, Amiga avait pris la crise financière de face, aussi la décision fut prise de présenter Lorraine, bien qu'incomplète, au Consumer Electronic Show de Chicago.Luck et Mical préparèrent une petite démo basée sur l'animation d'une balle qui rebondissait, balle qui fut plus tard choisie comme symbole d'Amiga. Tous ceux ayant vu la machine furent impressionnés raconte Mical : "Les gens au C.E.S. ne croyaient pas que l'Amiga pouvait être si puissant, aussi pendant la démonstration, ils regardèrent sous la table por voir quel ordinateur il y avait vraiment !"
    Amiga était alors courtisé par des firmes comme Apple, Atari, Sony ou Silicon Graphics, mas seul Atari fit une véritable offre. Atari n'était pas intéressé par le Lorraine lui même mais voulait utiliser cette technologie dans ses propres projets. Atari offrit tout d'abord environ 3$ par action, et prêta à Amiga 500000$ pour rester à flot pendant que les détails de la transaction se réglait.
    Sachant qu'il tenait ainsi Amiga, Atari commença à descendre son offre jusqu'à 0.98$ par action.
    Chez Amiga, il en fallait plus pour être impressionné, et ils devinrent par contre plus embêté quand ils eurent connaissance d'une note interne chez Atari disant que tous les projets de la firme était en stand-by, ils eurent donc peur qu'il en soit de même pour le Lorraine si la transaction venait à aboutir. Amiga commença alors à chercher un autre acheteur et ils en trouvèrent un à la dernière minute.
    Le 15 août 1984, Commodore acheta Amiga sous le nez d'Atari en payant chaque action 4.24$ et en remboursant le prêt de 500000$ à Atari.


    Dernière édition par usebu le Dim 22 Fév - 18:18, édité 7 fois
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Dim 8 Fév - 10:55

    Atari, la suite.

    Atari n'était évidemment pas ravi d'avoir ainsi perdu la mise. Ils attaquèrent rapidement Amiga pour rupture de contrat, arguant qu'Amiga n'avait pas à chercher d'autres acheteurs potentiels après avoir accepté l'offre d'achat faite par Atari.
    A ce moment là, Atari était dirigé par le légendaire Jack Tramiel. Tramiel a fondé Commodore en 1955, et au début des années 80, la compagnie dominait le marché des micro ordinateurs avec son Commodore 64. Mais en janvier 1984, après une dispute avec l'un des pricnipaux actionnaires, Irving Gould, Tramiel démissionna de Commodore. Il ne resta pas bien longtemps hors de la sphère micro-informatique, puisque six mois après, il rachetait la branche informatique d'Atari qui était en perte de vitesse. Atari était jusque là la propriété de la Warner depuis le milieu des années 70, mais suite au krach du marché américain du jeu vidéo en 1983, le géant du divertissement n'en voulait plus. Warner garda tout de même la branche Arcade d'Atari, la renommant Atari Games.
    On voit souvent dans le rachat d'Atari par Tramiel, une volonté de retourner chez Commodore, mais il y avait sûrement plus que cela. Tramiel avait clairement senti qu'avec son exprience dans le marketing, il pouvait rensformait Atari en une entreprise plus que rentable à nouveau. De plus, il cherchait à placer ses fils Sam, Leonard et Gary et à leur éviter ainsi tout souci financier (il souhaitait les faire embaucher à des postes clés chez Commodore mais avait rencontré l'hostilité de Gould et d'autres).
    Tramiel était furieux qu'Amiga soit revenu sur sa promesse de vente à Atari. Il amena alors les ressources nécessaires pour produire un ordinateur 16 bit qui serait capable de rivaliser avec le Lorraine. Cet ordinateur s'appellerait le ST, qui voudrait dire Seize/Trente-deux ou Sam Tramiel selon les versions. Basé sur le 68000 de chez Motorola, le ST possède un certain nombre de similitudes avec le Lorraine. Il entra sur le marché avant l'Amiga et, conformément à la stratégie habituelle de Tramiel, fut positionné dans une gamme de bas prix afin de s'assurer de bonnes ventes.

    L'Amiga 1000


    Commodore investit 27 Millions de dollars dans l'Amiga. Comme Miner le raconte plus tard dans une interview : "Commodore a réalisé de nombreuses améliorations dans les choses que nous voulions et que nous n'avions pas les moyens d'accomplir. Lorraine avait tout d'abord seulement 320 couleurs à l'écran, même dans le mode 640. Ils ont aussi amélioré la couleur en enlevant le convertisseur NTSC de la carte mère.
    Le Commodore Amiga (qui fut plus tard renommé Amiga 1000) fut lancé en fanfare à New-York le 23 Juillet 1985. Andy Warhol et Debbie Harry étaient présents au lancement, afin de démontrer les capacités graphiques de ce nouvel ordinateur, comme la possibilité d'afficher 4096 couleurs simultanément à l'écran en mode HAM (Hold and Modify).
    L'Amiga 1000 ressemblait à un PC de bureau, possédant une unité centrale destinée à être sous le moniteur et un clavier et une souris séparés. Equipé du Motorola 68000 tournant à un peu plus de 7 MHz (les versions PAL et NTSC ont une légère différence de vitesse d'horloge), il embarque 256 Kb de Ram sur la carte mère qui peuvent être étendus à 512 Kb (Miner voulait mettre 512 Kb d'origine, mais Commodore trouvait que c'était trop cher).
    A son lancement, l'ordinateur coutait 1300 $ (sans le moniteur), soit plus de trois fois le prix du C64 et même deux fois plus que l'Atari ST. Il se vendit raisonnablement bien chez les professionnels de la création, mais son prix en fesait tout simplement un objet de désir pour beaucoup.


    Dernière édition par usebu le Dim 15 Mar - 9:44, édité 7 fois
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Dim 8 Fév - 10:55

    La famille s'agrandit

    Lancé en 1987, l'Amiga 2000 était un autre ordinateur de bureau. Il était conçu pour être plus évolutif que l'Amiga 1000 - il avait un disque dur SCSI par exemple. La plupart des Amiga 2000 embarquaient 1 Mo de chip RAM sur la carte mère alors que les derniers avaient 512 Ko de chip RAM et 512 de fast RAM. Tout cela pouvait être augmenté à 2 Mo de chip RAM, avec également la possibilité de monter à 8 Mo sur des cartes d'extension Zorro II mais aussi jusqu'à 128 Mo de fast RAM sur des cartes processeurs.
    Dans l'Amiga 2000, Agnus fut remplacé par Fat Agnus, une amélioration maison qui consistait en quelques fonctionnalités jusqu'alors remplies par d'autres parties de la carte mère de l'Amiga 1000. L'Amiga 2000 embarquait également une nouvelle puce maison appelée Buster qui s'occupait des ports d'extension.
    L'Amiga 500, qui fut lancé en 1987, fut réellement la machine qui catapulta Amiga aux sommets. Il s'agissait d'une version light de l'Amiga 2000, intégrant notamment le clavier dans le design de l'ordinateur. Il embarquait 512 ko de chip RAM qui pouvait être augmenté en ajoutant 512 Ko supplémentaires mais également 8 Mo de fast RAM.
    Bien que légèrement plus cher que son rival l'Atari 520 ST, l'Amiga 500 avait l'avntage en termes de graphismes et ses capacités audio ridiculisaient celles du ST. Les fabricants de jeux commencèrent à prendre en compte les capacités de la machine et très bientôt, il fut l'ordinateur personnel que tout le monde voulait. Au total, près d'un million d'Amiga 500 furent vendus pour le seul Royaume Uni, et quelque chose comme un autre million pour le reste du monde.
    Commodore profita du succès de l'Amiga 500 pendant un bon moment avant de sortir un nouvel ordinateur. En 1990, ce fut le lancement de l'Amiga 3000, un autre ordinateur de bureau. C'était le premier Amiga 32 bits, et il employait le processeur Motorola 68030 cadencé à 16 Mhz (plus tard augmenté à 25 Mhz). Il possédait également l'ECS (Enhanced Chip Set), qui pouvait se vanter de booster quelques unes des puces comme Fat Agnus, Fat Gary, Fat Buster et Super Denise. Une puce chargée de l'amélioration de l'affichage appelée Amber fut ajoutée, ainsi qu'un contrôleur de RAM surnommé lui Ramsey. L'Amiga 3000 introduisit également la version 2.0 du Workbench, l'interface utilisateur.
    Commodore utilisa quelques unes des nouvelles technologies de l'Amiga 3000, comme l'ECS ou le Workbench 2.0 pour l'Amiga 500+, une version un peu rafistolée de la machine à succès. Arrivé en 1991, il embarquait 1 Mo de chip RAM (extensible à 2 Mo de chip RAM et 8 Mo de fast RAM) et avait de nouveaux modes écran appelés Productivity et Super72.
    Pendant l'année 1992, Commodore remplaça l'Amiga 500+ par l'Amiga 600. Celui-ci était plus petit que son prédecesseur, ce qui était notamment dû à un circuit interne plus petit, mais surtout à la disparition du clavier numérique. Il avait 1 Mo de chip RAM et pouvait étendre sa mémoire à 2 Mo de chip RAM plus 32 Mo de fast RAM. Il avait aussi un port IDE interne et la place pour y insérer un disque dur 2.5 pouces, mais dans le fond, ça n'était pas une machine destinée à être améliorée.

    L'AGA arrive

    Le 11 septembre 1992, Commodore lança l'Amiga 4000. Il s'agissait de la première amélioration majeure du hardware depuis sept ans, mais surtout il était rétro compatible avec les Amiga précédents et pouvait donc faire tourner la grande majorité des logiciels existants déjà. Il était architecturé autour du Motorola 68040 tournant à 25 Mhz.
    L'Amiga 4000 utilisait le mode ECS mais incluait également le tout nouveau AGA (Advanced Graphics Architecture). L'AGA utilisait de nouveaux processeurs maisons appelés Alice et Lisa, remplaçant respectivement Agnus et Denise.
    L'AGA rendit possible d'utiliser 256 couleurs à l'écran en une seule fois, sur une palette de 16 millions, à une résolution pouvant atteindre 800*600 pixels. Il pouvait même afficher 256000 couleurs moyennant un échelonnement en utilisant l'astucieux, mais lent, mode HAM-8.
    L'Amiga 4000 introduisit également le workbench 3.0 qui amenait son lot de fonctionnalités innovantes. Parmi les plus notables d'entre elles : la possibilité de lire des disquettes au format PC ou ST ou un logiciel d'installation standardisé.
    L'Amiga 4000 était un ordinateur de bureau cher, aussi pour intégrer le marché de masse, Commodore sortit l'Amiga 1200 en décembre 1992. Basé sur le même chipset AGA que l'Amiga 4000, c'était un ordinateur 32 bits, construit autour du Motorola 68020 cadencé à 14.28 Mhz. Il embarquait 2 Mo de chip Ram et pouvait se voir ajouter 8 Mo de fast Ram par le biais d'une carte PCMCIA ou jusqu'à 256 Mo de fast RAM grâce à une carte de mise à niveau du processeur. L'Amiga 1200 avait bien sûr le droit aux nouveaux processeurs Alice et Lisa mais également à deux nouveaux venus : Gayle qui remplaçait Gary et fonctionnait comme un décodeur d'adresse combinées et un contrôleur IDE (l'Amiga 1200 avait un connecteur IDE interne pour embarquer un disque dur 2.5 pouces), pendant que Budgie traitait une grande partie des processus liés à la mémoire.
    L'Amiga 1200 se vendit à plus de 100000 unités lors des quatre premiers mois de son existence, et devint le second Amiga le plus vendu derrière l'Amiga 500. Il fut le dernier clou du cercueil de l'Atari ST.
    Au total, on estime qu'il s'est vendu entre 4 et 5 millions d'ordinateurs Amiga dans le monde, dont la vaste majorité en Europe. Le Royaume Uni et l'Allemagne furent les deux principaux marchés avec environ 1.5 millions de machines chacun. L'Italie n'était pas en reste avec près de 700000 unitées vendues, soit légèrement plus que pour les Etats-Unis et le Canada réunis.


    Dernière édition par usebu le Lun 13 Avr - 11:16, édité 5 fois
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Dim 8 Fév - 10:56

    La fin du voyage

    Le 29 Avril 1994, Commodore International fut placé en liquidation judiciaire. Commodore Royaume Uni, qui était toujours à flot et en bonne santé financière, grâce à la gestion clairvoyante de David Pleasance, proposa de racheter la technologie Amiga, mais au dernier moment, ils ne purent pas se permettre de le faire.
    Comme si les choses n'allaient pas suffisamment mal dans le petit monde de l'Amiga, Jay Miner mourut d'une crise cardiaque à l'hôpital de Mountain View en Californie, le 20 Juin 1994. Le père de l'Amiga n'était plus.
    L'année suivante, le fabricant de PC allemand Escom racheta les actifs de Commodore, y compris l'Amiga. Il créa alors une nouvelle filière chargée de s'occuper de la partie Amiga, appelée Amiga Technologies, et y embaucha quelques uns des anciens d'Amiga. Pendant un moment, il fut question de nouveaux produits, mais cela n'aboutit à rien, et aucune nouvelle machine ne fit son apparition.
    Pendant ce temps, le PC devenait rapidement l'ordinateur de la maison, notamment grâce à l'explosion et l'apparition de jeux 3D comme Quake, ce qui rendit le hardware âgé de l'Amiga plutôt désuet en comparaison.
    Il devint vite évident que Escom s'était mis à rude épreuve, et à la fin de l'été 1996, la rumeur voulait que VISCorp achèterait Amiga Technologies et utiliserait alors le hardware pour en faire des décodeurs pour télévision.
    Mais au moment de payer, VISCorp n'avait plus l'argent nécessaire.
    Finalement, ce fut le fabricant de PC Gateway 2000 qui paya la somme voulue.
    Ainsi, depuis 1997, la scène Jeux d'Amiga n'est plus que l'ombre d'elle même. Seules une petite poignée de compagnies continuèrent à développer sur ces machines, la plus notable d'entre elles étant clickBOOM, qui adapta Quake et Myst.
    Les jours de gloire de l'Amiga sont derrière nous.


    Dernière édition par usebu le Ven 17 Avr - 16:22, édité 2 fois
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Jeu 12 Fév - 9:52

    faudrait peut être que je finisse cette traduction, non ?

    en tout cas, le début ne déchaîne pas les foules... je pensais pourtant être sur un navire d'amigagaistes... à moins que chaque pirate connaisse cette histoire comme il se doit ?
    avatar
    Nöoz
    Pirate contrasté

    Messages : 629
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 30

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Nöoz le Jeu 12 Fév - 9:54

    J'avais loupé ce post,

    Moi je ne connais pas cette histoire, je veux bien la suite captain !
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Jeu 12 Fév - 12:45

    Loupé aussi, je me fais avoir par les indicateurs de news qui parfois disparaissent.

    Bien entendu que la suite est intéressante !!!
    avatar
    papyrate
    Vénérable pervers

    Messages : 3310
    Date d'inscription : 14/11/2008
    Age : 55
    Localisation : 42600

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  papyrate le Jeu 12 Fév - 13:00

    Moi aussi je l'avais zappé ce post scratch

    Bon alors elle est où la suite
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Jeu 12 Fév - 13:11

    j'essaie de vous faire ça ce soir...

    en tout cas, Retrogamer est une super revue pour quiconque parle un poil d'anglais. Ils en sont au numéro 85 à peu près, ce qui prouve leur sérieux je trouve...
    Par contre, celui qui a écrit le dossier Amiga n'aimait pas Atari (vous vous en rendrez compte à mon avis...)
    avatar
    akimarf
    Assoiffé

    Messages : 1203
    Date d'inscription : 13/11/2008
    Age : 32

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  akimarf le Ven 13 Fév - 20:36

    J'aime bien le titre mais à dire vrai Amiga me passionne pas plus que ca Razz
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Dim 22 Fév - 18:41

    Fin du Chapitre 1 ou comment Atari a une nouvelle fois fait preuve d'un flair légendaire...
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Dim 22 Fév - 23:11

    Je ne savais pas qu'Atari avait prêté de l'argent . Shocked

    Commodore Amiga c'est quand même plus jolie qu'Atari Amiga Razz
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Mer 8 Avr - 9:22

    Je continue (où l'on aborde l'A500). Suite et fin ce soir normalement...
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Mer 8 Avr - 9:47

    usebu a écrit: En 1990, ce fut le lancement de l'Amiga 3000, un autre ordinateur de bureau. C'était le premier Amiga 32 bits, et il employait le processeur Motorola 68030 cadencé à 16 Mhz (plus tard augmenté à 25 Mhz).
    Ca se négociait autour de combien de francs cette bête?
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Mer 8 Avr - 9:50

    c'est pas marqué, mais je vais chercher !
    avatar
    jegougou
    Perroquet du capitaine

    Messages : 4930
    Date d'inscription : 13/11/2008
    Age : 38
    Localisation : 77

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  jegougou le Mer 8 Avr - 11:29

    l'a3000 est le meilleur amiga jamais construit, il fallait compter environ 25000 frs de mémoire.

    Il y a eu plusieurs versions

    A3000
    A3000+
    A3000T
    A3000UX


    _________________



    Kawick Touch : ça dérange comme un Madoff qui donnerait des cours d'éthique Very Happy
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Mer 8 Avr - 12:47

    Outch quand même. Je ne pense pas que ça s'adresse au même type de clientèle que ceux qui avaient acheté le 500 avec leurs petites économies.

    Ado je me serais mal vu demandé à mes parents une petite rallonge d'environ 20 000 Francs pour évoluer avec mon temps Laughing
    avatar
    jegougou
    Perroquet du capitaine

    Messages : 4930
    Date d'inscription : 13/11/2008
    Age : 38
    Localisation : 77

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  jegougou le Mer 8 Avr - 12:49

    oui c'est clair en faite son seul defaut c'est que l'AGA manque dessus:(

    mais avec une carte picasso cela se repare sauf pour le soft qui utilise l'aga


    _________________



    Kawick Touch : ça dérange comme un Madoff qui donnerait des cours d'éthique Very Happy
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Mer 8 Avr - 12:53

    J'ai bien fait de passer au 1200 alors! cheers
    avatar
    jegougou
    Perroquet du capitaine

    Messages : 4930
    Date d'inscription : 13/11/2008
    Age : 38
    Localisation : 77

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  jegougou le Mer 8 Avr - 13:12

    oui comme moi, le a1200 c'est le a4000 du pauvre Laughing


    _________________



    Kawick Touch : ça dérange comme un Madoff qui donnerait des cours d'éthique Very Happy
    avatar
    usebu
    Capitaine du Navire

    Messages : 11487
    Date d'inscription : 11/11/2008
    Age : 39
    Localisation : à la barre

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  usebu le Ven 17 Avr - 16:22

    suite et fin du dossier Amiga ! cheers
    avatar
    Carst
    Défenseur de la couronne

    Messages : 1138
    Date d'inscription : 15/11/2008
    Age : 46

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Carst le Ven 17 Avr - 18:52

    Clicboom est également à l'origine du Defender of the crown original sur PC avec des graphismes remis au gout du jour et certaines séquences de jeu retravaillé, il fallait bien que je le place. (mais c'est sur PC...)

    Merci pour cette histoire qui fini mal, j'ai beau connaitre ça me fout à chaque fois le cafard. Evil or Very Mad
    avatar
    papyrate
    Vénérable pervers

    Messages : 3310
    Date d'inscription : 14/11/2008
    Age : 55
    Localisation : 42600

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  papyrate le Ven 17 Avr - 19:43

    A500 puis A1200, je n'ai pu me payer que les Amiga du pauvre mais c'était déjà un émerveillement et je n'aurais qu'une chose à dire:

    MERCI COMMODORE
    avatar
    jegougou
    Perroquet du capitaine

    Messages : 4930
    Date d'inscription : 13/11/2008
    Age : 38
    Localisation : 77

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  jegougou le Lun 27 Avr - 10:04

    Ce n'est pas la fin du dossier Amiga, il y a une suite hyperion, génési. Pegasos, Amiga One ou autre carte Samantha. Wink

    personnelement je dirais merci Amiga et pas merci a commodore, fucking mehdi ali et irving gould, ils ont coulé l'une des meilleures machine. Marketting calamiteux, politique commerciale desastreuse, exode aux bahamas ont se demande pourquoi.
    Mad


    _________________



    Kawick Touch : ça dérange comme un Madoff qui donnerait des cours d'éthique Very Happy

    Contenu sponsorisé

    Re: Saga Amiga, ambiance de la brousse...

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 22 Juin - 21:03